Développement web,  Webmarketing - SEO

Introduction aux microdatas et microformats

Avatar for hoby

Article par

Origine des microdatas

Les développeurs ont depuis toujours cherché à  donner du sens aux éléments HTML d’une page, cela afin d’en faciliter la lecture par les robots des moteurs de recherche ou les scripts de conversion et d’analyse. Auparavant, ce désir se réalisait par l’intermédiaire de classes qui étaient rassemblées en fonction de leur utilité  dans une spécification de microformat. La spécification geo par exemple, rassemble les classes permettant d’indiquer les latitudes et les longitudes. Plusieurs spécifications de microformats existent selon leur utilité, la plus connue étant la spécification hAtom présent sur les plateformes de blogging notamment sur WordPress et Blogger.

Avec l’arrivée de l’HTML5, une nouvelle norme a été introduite : la norme Microdata. Les microdatas, ou micro données en bon français, sont issus des microfomats avec un léger mélange avec la norme RDFa. En plus des spécifications microformats existantes, la norme Microdata ajoute 5 attributs :

  • Itemscope : création d’un nouvel item
  • Itemtype : spécification de l’URL où se trouve le vocabulaire utilisé par l’item
  • Itemid : définition d’un identifiant unique pour l’item
  • Itemprop : indication de la nature du contenu
  • Itemref : création d’une référence

A noter que tout le monde peut créer sa propre liste, mais les vocabulaires les plus utilisées sont ceux issus de Schema.org (créée conjointement par Google, Yahoo et Bing) et ceux de microformats.org.

Fonctionnement et mise en place des microdatas

Utiliser les microdatas c’est ajouter des informations sémantiques à ses  pages. Actuellement au niveau SEO, on ne cesse de conseiller de fournir du contenu, non pas pour les moteurs de recherche, mais pour les internautes.  Seulement, le problème est que quand un humain écrit pour un autre humain, les ordinateurs et moteurs de recherche ne peuvent pas facilement discerner les détails des informations transmises. C’est là qu’interviennent les microdatas en fournissant la structure adéquate pour relayer et baliser les informations transmises aux moteurs de recherche. C’est le fonctionnement basique des microdatas, mais les moteurs de recherche ont cependant de savoir quel type d’informations est envoyé via l’item. C’est là que les listes de vocabulaires comme Schema.org entrent en jeu.

Schema.org n’est pas nouveau, mais pourrait être la source de référence des vocabulaires pour moteurs de recherche (bien noter qu’il est  écrit moteur de recherche et  non Google). Son avantage principal est qu’il est bien interprété par les principaux moteurs de recherche à savoir Google, Yahoo et Bing (vu que ce sont eux qui ont mis en place les vocabulaires qui y sont présents).

La mise en place de ces microdatas requièrent donc-t-elle l’écriture de long et fastidieux codes ? Certes, dans certains cas il faut retravailler le tout à la main (ce qui être énervant surtout si vous n’êtes pas un développeur web), mais la plupart du temps il suffit d’insérer des markup dans des balises HTML.

Les vocabulaires de la Schema.org s’insèrent dans les balises HTML en utilisant la structure des microformats pour renseigner les moteurs de recherche sur un item donné. Imaginez-vous être un grand blogueur et vous décidez d’écrire un article intitulé « J’aime Mercedes ». Les moteurs de recherche interprèteront le titre comme si vous souliez parler de la marque de voiture, mais est-ce réellement le cas ? Et si le texte parlait d’une jolie brune nommée Mercedes ? Les moteurs de recherche sont de plus en plus intelligents et sauront de quoi parle texte en analysant le reste de l’article, mais ce n’est pas toujours le cas. Juste pour s’assurer que l’article sera bien référencé dans la bonne catégorie, et éviter ainsi la confusion, il convient donc d’indiquer aux moteurs de recherche de quoi il s’agit:

<div itemscope itemtype=”http://schema.org/Persons”>

J’aime <span itemprop=”name”>Mercedes</span>

</div>

Note : Les markup ci-dessus ne sont pas valides. Il s’agit juste d’exemple.

Voilà pour ce qui est de cette introduction aux microdatas et microformats. J’espère que cette présentation succincte vous aidera maintenant à répondre si jamais on vous demandait ce qu’est les microdatas.

Je suis sûr que beaucoup sont en train de se demander le réel avantage de mettre en place ces microdatas sur leur site. La seule chose que  je vous dirais pour l’instant c’est que ça aide au niveau SEO. Oui mais comment? Pourquoi? La réponse dans un prochain billet .

The following two tabs change content below.
Partagez!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *